Voyage en Europe et maladie chronique

Si vous êtes citoyen de l’Union Européenne (UE), voyager en Europe avec une maladie chronique sera plus facile pour vous que dans le reste du monde. En effet, nous avons la chance en tant que citoyens de l’UE d’accéder aux soins au même titre que les résidents des pays dans lesquels nous nous rendons, qui sont généralement de bonne qualité. Cet article vous explique comment être couvert dans le cadre de votre maladie chronique lors d’un voyage en Europe et comment obtenir vos médicaments !

La carte européenne d’assurance maladie : un incontournable pour voyager en Europe avec une maladie chronique

 

Si vous bénéficiez de la sécurité sociale en France, vous pouvez demander gratuitement la carte européenne d’assurance maladie (CEAM) directement sur le site Améli.fr. Cette carte est valable 1 an et vous permet d’accéder aux services de santé publics lors de votre voyage ou déplacement au sein des 28 pays de l’Union Européenne ainsi qu’en Islande, au Liechtenstein, en Norvège et en Suisse. Vous pourrez ainsi bénéficier des soins et médicaments au même titre que les citoyens assurés de votre destination, c’est-à-dire dans les mêmes conditions et aux mêmes tarifs.

L’avantage de la Carte Européenne d’Assurance Maladie, contrairement à la majorité des assurances privées, est qu’elle vous couvre pour tous les besoins de santé liés à votre maladie chronique (diabète, cancer, asthme…) pendant votre séjour.

Il est important de savoir que la CEAM vous couvre uniquement dans le cadre de soins de santé publics, et ne prend pas en charge les frais occasionnés lors de rapatriement ou d’activités spécifiques (ex : ski, sauvetage en mer…). Si vous vous rendez dans une clinique privée ou chez un praticien de santé non affilié au système de santé publique, vous ne serez pas remboursé. C’est pourquoi il peut être nécessaire de prendre une assurance voyage complémentaire, encore faut-il en trouver une qui couvre votre maladie chronique. Avant de prendre une assurance complémentaire, nous vous conseillons de vérifier si vous êtes couverts dans le cadre de votre carte bleue ou de vos contrats d’assurance habitation.

J'ai besoin de soins de santé spécifiques (ex : dialyse, maladie rare) : suis-je couvert par la CEAM ?

La CEAM couvre uniquement les soins médicaux non-programmés, c’est-à-dire tous les besoins de santé qui ne sont pas prévus à l’avance et qui ne peuvent pas être traités à votre retour. Cet article explique les conditions de remboursement des soins programmés.

Si vous avez besoin d’un équipement ou traitement spécifique lié à votre maladie comme un service de dialyse, vous devez d’abord demander et obtenir l’accord de votre caisse d’assurance maladie 15 jours avant votre départ. Vous devez également vous renseigner sur les établissements publics qui pourront vous prendre en charge à destination, auprès de votre hôpital, de votre association de patients ou de la caisse d’assurance maladie.

La CEAM me couvre-t-elle dans le cadre du tourisme médical ?

Non, la CEAM ne vous couvre pas dans le cadre du tourisme médical, c’est-à-dire dans le cadre de voyages à l’étranger dans le but de vous faire soigner (ex : chirurgie esthétique, traitement spécifique de chimiothérapie non accessible en France…).

Est-ce que je peux utiliser la CEAM si je pars vivre à l'étranger ?

Non, la carte européenne d’assurance maladie est valable dans le cadre de séjours temporaires au sein de l’union européenne. Si vous partez vivre à l’étranger pour des études ou une expatriation, nous vous vous invitons à vous renseigner directement sur le site de l’union Européenne.

Consulter un médecin pendant mon voyage en Europe

Au cours de votre voyage, vous pouvez avoir besoin de consulter un médecin et d’obtenir des médicaments pour une maladie imprévisible (ex : grippe, gastro…) ou dans le cadre de votre maladie chronique.

Dans le cadre d’une maladie imprévisible, il vous faudra comme en France prendre rendez-vous chez un médecin. Vous pouvez demander à votre hôtel ou hôte de vous conseiller un praticien de santé affilié au système public pour être remboursé dans le cadre de la CEAM.

Vous pouvez généralement trouver sur le site internet de l’ambassade ou du consulat de France de votre destination la liste des médecins français ou francophones. A noter que ces médecins consultent généralement dans le cadre privé, et ne sont donc pas pris en charge par la CEAM, mais vous pouvez demander le remboursement une fois rentré en France, en application du tarif en vigueur en France.

Si vous avez souhaitez obtenir un avis médical pour un problème de santé non urgent lié à votre maladie chronique, vous pouvez également avoir recours à la téléconsultation avec votre médecin habituel depuis la France (de plus en plus de praticiens proposent ce service).

Si vous avez simplement besoin de racheter des médicaments, vous pouvez utiliser une ordonnance délivrée par votre médecin français (voir ci-dessous).

Obtenir des médicaments pendant votre voyage en Europe

 

Lorsque vous voyagez en Europe, vous pouvez obtenir des médicaments au même titre que les résidents avec une « prescription transfrontalière », c’est-à-dire une ordonnance valable dans un autre pays de l’UE, délivrée par votre médecin d’origine.

En effet, toute ordonnance délivrée par un praticien de santé de l’Union Européenne est valable au sein de 28 pays l’UE, en l’Islande, en Norvège et au Liechtenstein (à noter que la Suisse peut refuser les ordonnances établies dans un autre pays).

L’avantage de ce type d’ordonnance est qu’elle vous permet d’obtenir rapidement des médicaments, sans passer par la case médecin. Néanmoins, vous devrez généralement avancer les frais à la pharmacie et demander le remboursement à votre retour, même si vous avez la CEAM.

Il n’existe pas de modèle spécifique pour les prescriptions transfrontalières. Cependant, il faut que l’ordonnance soit au format papier (les pharmaciens peuvent refuser les prescriptions électroniques) et qu’elle comporte à minima les informations suivantes :

Informations sur le patient : nom et prénom (en toutes lettres) et date de naissance;

Date de délivrance de la prescription;

Coordonnées du médecin prescripteur : nom et prénom (en toutes lettres), qualification professionnelle, coordonnées, adresse professionnelle (y compris le pays) et signature (manuscrite ou numérique);

Nom du médicament prescrit : son nom commun (plutôt que le nom de la marque, qui peut être différent dans un autre pays), forme (comprimé, solution, etc.), quantité, dosage et posologie.

Source : Union Européenne

Vous pouvez également demander à votre médecin de rédiger l’ordonnance en anglais, mais ce n’est pas obligatoire dès lors qu’elle comprend les informations ci-dessus. Vérifiez bien que votre ordonnance comporte ces informations afin d’être certain que le pharmacien pourra comprendre la prescription, vous délivrer le bon médicament et vous indiquer le bon dosage.

⚡ Attention ⚡
Il est possible que dans le pays où vous vous trouvez, il n’y ait pas exactement le même médicament que vous utilisez d’habitude, pas les mêmes dosages autorisés. Le pharmacien vous délivrera le traitement conformément à la réglementation nationale de son pays.

Remboursement des frais de santé pendant votre voyage en Europe, liés à votre maladie chronique ou non

 

Comme expliqué plus haut, la carte européenne d’assurance maladie ne vous dispense pas de payer une partie ou la totalité du traitement, même si ce dernier est gratuit en France. En effet, les règles nationales de chaque pays s’appliquent.

Si vous devez payer, il faudra alors demander une facture à la pharmacie ou au médecin et demander le remboursement a posteriori soit à l’organisme d’assurance maladie du pays où vous séjournez (notamment si vous restez plusieurs mois par exemple dans le cadre de vos études), soit à la caisse d’assurance maladie une fois de retour grâce au formulaire Soins reçus à l’étranger (cerfa n°12267*04), disponible sur ameli.fr.

Gardez bien avec vous les exemplaires originaux de l’ordonnance, les justificatifs de paiement (facture acquittée, ticket de carte bleue…) car les photocopies ne sont pas acceptées.

Vous pouvez choisir entre vous faire rembourser sur la base des tarifs de la sécurité sociale française ou des tarifs du pays du séjour.

Si vous avez pris une assurance privée, cette dernière vous remboursera le complément des dépenses : par exemple dans le cas où le médicament coute plus cher qu’en France.