Maladie chronique : de quoi parle-t-on ?

Individu marchant seul sur une route au soleil couchant

Chronic Buddy a pour mission de faciliter le départ à l’étranger des personnes atteintes de maladies chroniques. Or il existe une pluralité de définitions de ce type de maladie, qui peuvent impacter l’estimation du nombre de personnes touchées, des conséquences et des besoins associés des patients. D’après l’OMS, les maladies chroniques sont responsables de 63% des décès dans le monde. En France, une personne sur quatre serait atteint d’une maladie chronique, six sur dix aux Etats-Unis (source : Crédoc, CDC). Alors, qu’entend-t-on par maladie chronique ? Réponse dans cet article !

La définition de l'OMS

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit les maladies chroniques comme « des affections de longue durée qui en règle générale, évoluent lentement ». Elle les associe aux maladies non-transmissibles, ce qui inclue par exemple l’alcoolisme, le cancer et exclue les maladies infectieuses chroniques comme le sida. D’après l’OMS, les maladies chroniques (cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, cancer, affections respiratoires chroniques, diabète…) sont la toute première cause de mortalité dans le monde. Sur les 36 millions de personnes décédées de maladies chroniques en 2008, 29% avaient moins de 60 ans et la moitié étaient des femmes (source : OMS).

 

Les Centres de contrôle et de Prévention des maladies (CDC) aux Etats-Unis définissent quant à eux les maladies chroniques comme des « conditions qui durent au minimum une année ou plus, qui requièrent une attention médicale continue et/ou qui limitent les activités de la vie quotidienne ». (source : CDC).

La définition médicale de la maladie chronique

Il est possible de distinguer médicalement deux types de maladies : les maladies aiguës et les maladies chroniques.

 

Les affections aigües ont une durée limitée dans le temps, c’est à dire qu’elles guérissent relativement rapidement ou peuvent au contraire être fatales : infections (grippe, choléra…), cancers non chroniques.

 

Ainsi, les maladies chroniques ne se guérissent pas (ou partiellement), sont souvent évolutives, invisibles et durent généralement toute une vie. Elles impliquent une prise en charge médicales sur le long terme, et peuvent aboutir à des complications graves, une invalidité ou un handicap.

Les différents types de maladies chroniques

La liste des maladies chroniques est longue, mais il est possible de les classer en grandes catégories :

  1. Les maladies auto-immunes (issues d’un dysfonctionnement du système immunitaire) comme le diabète de type 1, le psoriasis, la sclérose en plaques, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (ex : Crohn), ou encore la polyarthrite rhumatoïde. On dénombre environ 80 maladies auto-immunes, qui touchent environ 5 à 8% de la population mondiale, dont 80% de femmes. (source : INSERM)
  2. Les maladies rares, comme l’hémophilie, la mucoviscidose, la drépanocytose et les myopathies ;
  3. Les maladies transmissibles persistantes, comme le Sida ou l’hépatite C ;
  4. Les troubles mentaux de longue durée (dépression, schizophrénie, …)
  5. Les maladies aux causes organiques diverses comme l’insuffisance rénale chronique, les suites de greffe d’organes, les maladies respiratoires chroniques (ex : bronchites, asthme…), les maladies cardio-vasculaires, certains types de cancers, ou encore le diabète de type 2.

Les maladies chroniques sont en constante augmentation dans la population mondiale, à cause des modes de vies de plus en plus sédentaires (ex : diabète de type 2), mais également en raison des progrès sanitaires et de l’allongement de la durée de vie permettant à certaines maladies infectieuses de devenir chroniques (ex : SIDA, tuberculose, hépatites). (Source : Cohen-Scali)

Les conséquences sociales de la maladie chronique

Les maladies chroniques ne sauraient se définir sur un plan purement médical, par l’état de santé ou les soins qu’elles impliquent. Tout comme les Etats-Unis, la France considère le « retentissement de la maladie sur la vie quotidienne » comme un critère de définition des maladies chroniques. Ces dernières peuvent entraîner une « limitation fonctionnelle des activités, de la participation à la vie sociale ; une dépendance vis-à-vis d’un médicament, d’un régime, d’une technologie médicale, d’un appareillage, d’une assistance personnelle ; des besoins de soins médicaux ou paramédicaux, d’aide psychologique, d’éducation ou d’adaptation ». (Source : Société française de santé publique).

 

Les maladies chroniques ont des conséquences sociales qui impactent la vie quotidienne des patient.es, pouvant mener à l’isolement ou à l’exclusion. En effet, elles peuvent conduire à des incapacités, de la fatigue ou de l’asthénie, et imposent parfois de subir les effets indésirables des médicaments. Elles peuvent nécessiter des contraintes thérapeutiques et des modifications de comportements, comme le fait de devoir penser à prendre son traitement à horaires fixes (diabète) ou de procéder à des adaptations éventuelles du régime alimentaire. (Source : Société française de santé publique).  C’est pourquoi les personnes vivant avec une maladie chronique expérimentent généralement ce qu’on appelle une « vie sociale sous contrainte », qui impactent les relations sociales et les activités « ordinaires » de la vie quotidienne (sorties entre amis, vie familiale, sport, voyage…). (Source : Etude CREDOC).


D’où la raison d’être de Chronic Buddy : améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec une maladie chronique, afin de permettre à tous et à toutes de vivre ses rêves au-delà des frontières (et) de la maladie, en apportant information médicale et soutien humain à travers le monde.

BIBLIOGRAPHIE :